Psychogénéalogie

Ou comment nos ancêtres peuvent impacter nos vies

Anne Ancelin Schtützenberger disait :

« J’ai coutume de dire que les êtres humains sont comme des vaches : ils ruminent, et ils le font toute leur vie et sur plusieurs générations. Ils ruminent leurs secrets de famille, leurs deuils non faits et leurs bonheurs passés, leurs sentiments d’injustice, leurs rancoeurs, etc… Et jusqu’à ce qu’ils cessent de ruminer, jusqu’à la levée du secret, l’histoire familiale se répète. »

« La psychogénéalogie clinique, c’est poser les valises de son passé et accepter de lâcher prise pour surmonter les dégâts des traumatismes incorporés en soi, les contrecoups, les conséquences et les éventuels effets néfastes d’un passé familial, de ses plaies, erreurs, fautes, hontes, culpabilités, regrets, déracinements, pertes, deuils, secrets et non-dits, etc »

Ces deux citations résument bien ce qu’est la psychogénéalogie aussi appelée Analyse transgénérationnelle.

Deux mots d’histoire

Le terme de « Psychogénéalogie » a été créé dans les années 1980 par Anne Ancelin Schützenberger, psychanalyste, professeur de psychologie à l’Université de Nice. Elle souhaitait alors faire comprendre à ses étudiants (des médecins et des travailleurs sociaux) l’importance des liens familiaux, l’importance dans nos vies de la transmission transgénérationnelle.
D’autres, avant elle, avaient exploré cette voie en mettant en avant la notion de « fantôme familial ».

Le « fantôme familial » est défini comme la trace dans l’inconscient d’un descendant du secret inavouable d’un ou plusieurs de nos ancêtres, d’actes ou de chemins de vie inachevés, se manifestant par des symptômes
physiques, des phobies ou des obsessions, par des paroles ou des actes inexplicables. On pourrait comparer cela à « une grenade dégoupillée transmise de génération en génération sans forcément faire de dégâts visibles jusqu’à ce qu’elle éclate sous la forme de phénomènes pathologiques incompréhensibles» ; ou, plus familièrement, « une patate chaude dont on se débarrasse sur le suivant ».

Cette transmission émotionnelle de génération en génération de l’inachevé peut être observée à partir de l’étude des arbres généalogiques. La psychogénéalogie considère que l’inachevé d’une génération se perpétue
si non solutionné, d’abord par des manifestations physiques, ensuite par des manifestations psychiques.

Le concept

La psychogénéalogie ne se contente pas d’établir l’arbre généalogique, bien qu’il en soit la base. Ce travail demande une recherche à la fois sur l’histoire familiale, les maladies, les accidents, le repérage des actes manqués et des répétitions, l’histoire des prénoms, des lieux, l’observation de la communication non verbale (les expressions involontaires du corps : respiration, émotions ressenties, chaleur ou froid, etc), l’écoute des
lapsus verbaux….

La psychogénéalogie s’intéresse aussi aux nombreux évènements heureux d’une lignée, elle peut servir de fil directeur pour comprendre sa vie, ses choix personnels et professionnels, éclairer son chemin sans qu’il soit
forcément question de traumatismes.

Il se trouve que, le plus souvent, les personnes qui se tournent vers la psychogénéalogie viennent parce qu’elles sont en proie à des souffrances corporelles et/ou psychiques.
La psychogénéalogie permet de se réapproprier son histoire personnelle et familiale, de mettre de l’ordre dans le « chantier » laissé par nos aïeux.
Comme dans tout héritage, chacun reçoit du bon, du mauvais, du dangereux, de l’inutile.
On peut choisir ce qu’on garde et se débarrasser de ce qui nous encombre, déposer nos fardeaux et accepter ce qui a été. Le psychogénéalogie ouvre ces possibles.
Retrouver les liens entre nos maux et notre histoire et nos racines, telle est la proposition qui est faite par la psychogénéalogie en étudiant notre arbre généalogique sous plusieurs aspects.

L’approche « Psycho-généalogique » peut être considérée comme la partie « Analyse » de nos maux physiques ou psychologiques. De nombreux outils nous permettent cette exploration du passé ; que nous connaissions ou pas nos ancêtres, d’ailleurs.

Passer de l’analyse transgénérationnelle à la thérapie

Parmi les méthodes de thérapie, l’hypnose est un outil approprié pour aller chercher de l’aide soi-même au plus profond de l’inconscient et de la conscience et pour intervenir sur les blessures du passé, passé connu (notre vie actuelle) ou inconnu (la mémoire familiale).
D’autres méthodes permettent cette exploration des mémoires du passé, celle qui nous précèdent mais qui restent ancrées dans notre inconscient comme les « constellations familiales » ou le « psychodrame », les « actes psycho-magiques », la « récupération d’énergie vitale par le saut quantique », la « sophro-analyse », …etc

Hypnose humaniste et symbolique

Créée par Olivier Lockert, cette forme d’hypnose ne se base plus sur l’Inconscient mais sur la Conscience de l’individu. C’est à dire qu’elle cherche à entrer en contact avec la partie de l’être qui commande l’inconscient : la conscience majuscule.

Cette nouvelle approche permet d’élargir encore plus les applications thérapeutiques liées à la pratique de l’hypnose. En hypnose humaniste, c’est comme si nous étions les petites gouttes d’eau d’un immense océan, à
la fois « Un et Tout ». Ainsi, « chacun de nos choix provoque une croisée des chemins et dirige notre vie» selon Patricia d’Angeli (psychologue hypnothérapeute humaniste et transgénérationnelle).

Hypnose holistique

Découlant des expériences faites par l’hypnose humaniste, d’autres thérapeutes ont élargie cette branche en développant des techniques complémentaires. Entre autres les québécois Éric Chagnon et Catherine Dupuis, fondateurs de l’académie Dolfino ou Jean François Bélanger, fondateur de l’Académie d’hypnose Transe- Formation, toujours au Québec.
L’hypnose holistique fait la synthèse du meilleur des formes d’hypnose existantes, combiné à des innovations qui lui sont propres. Elle intègre les plus récentes découvertes de la psychologie, de la physique quantique et de
bien d’autres domaines.

C’est une approche de thérapie brève. Il ne faut généralement que quelques séances pour régler un problème et il est fréquent d’obtenir d’heureux résultats après une seule séance.

Hypnose Transgénérationnelle

Issue des courants modernes de l’hypnose (hypnose humaniste, holistique et symbolique), l’hypnose transgénérationnelle se propose d’accompagner les personnes qui le souhaitent dans une réappropriation de leur histoire dans le but de mettre fin aux symptômes physiques et/ou psychiques qui dérangent leur vie.

Comme dans toutes les disciplines humanistes, la personne est complètement actrice de son cheminement vers le mieux-être, l’hypnothérapeute en est l’accompagnateur.

Parfois même, la simple prise de conscience du passé, des vies de nos aïeux, lors de l’analyse transgénérationnelle est synonyme de mieux ; la clef du mieux-être devient évidente.

Pour ma part, je pratique la psychogénéalogie, l’hypnose holistique et symbolique, l’hypnose transgénérationnelle.

Mise en garde

Aucune des pratiques d’accompagnement citées ne peut être mise en place sans avoir auparavant éliminer toute pathologie majeure ou latente auprès du corps médical.

Il est indispensable d’avoir consulté un « Médecin » et de conserver les traitements mis en place.

La Clef du Mieux Être

Ghislaine Grymonprez
Sur RV, Orléans ou Lamotte-Beuvron – 06 88 10 78 60 – Ghislaine.grymonprez@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *